Skip to content

Au revoir là-haut, Pierre Lemaître – Albin Michel

Titre : Au revoir là-haut
Auteur : Pierre Lemaître
Éditeur : Albin Michel
Date de parution : 21/08/2013
ISBN-13 : 9782226249678

 

Retrouvez ce titre sur :

« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. »

Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…
Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l’abomination érigée en vertu.
Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.

http://www.rentreelitteraire2012.com/wp-content/uploads/2012/08/pictorentreelitteraireFuret.pngIsabelle Furet de Lille,Anne et Yvain Furet du Kremlin-Bicêtre, Alain Furet d’Arras, Morgan Furet Carré Sénart

1918 : alors que l’armistice est proche, un ultime assaut va sceller le destins des trois principaux protagonistes de ce roman : un capitaine arriviste et deux soldats victimes de ses machinations. De Céline à Echenoz, ils sont nombreux les écrivains à avoir immortalisé l’horreur quotidienne vécue par des millions de poilus, mais Pierre Lemaître aborde encore de nouvelles facettes de la guerre. Au fil de ces 500 pages échevelées, inoubliables qui entremêlent avec brio aventure, amitié et trahison, mais aussi humour et désespoir, il gratte le faste des monuments à la gloire des morts pour mieux montrer la face sombre mesquine, et tellement humaine de la démobilisation. Un chef d’oeuvre qui fait déjà l’unanimité parmi vos libraires !

Douminique, bibliothécaire à Seclin

Beaucoup d’auteurs ont déjà raconté la guerre, la bataille. Pierre Lemaitre, lui nous narre ce qui se passe après : quand les soldats en reviennent traumatisés, cassés, sans retrouver ni leurs marques, ni leurs places. Sont-ils vraiment les bienvenus ? Édouard et Albert eux… Non !
Et puis, comment faire avec tous ces morts ? Ils imaginent alors une escroquerie aussi énorme qu’amorale pour remédier à ce problème et tenter d’exister à nouveau. Mais après tout ce qu’ils ont vu et vécu, qu’est-ce qui est bien, qu’est-ce qui est mal ?
Merci à Libfly et au Furet du Nord de m’avoir proposé ce roman.

Mokona

Albert Maillard a été témoin d’une chose qu’il n’aurait jamais dû voir … Pour cette raison, il aurait dû mourir sur le champ de bataille, lors d’une dernière offensive lancée par son lieutenant contre les allemands, en ce 2 novembre 1918, quelques jours avant que l’armistice ne fasse cesser les combats… Mais le destin en a décidé autrement et si le jeune homme a échappé de justesse à la mort, c’est grâce à l’intervention et au courage d’Edouard Péricourt, gravement blessé et défiguré lors du sauvetage. Dès lors, un lien étroit et indéfectible va unir les deux hommes. Néanmoins, Albert reste un témoin gênant, détenteur d’une vérité compromettante et va devenir la cible du lieutenant Henri d’Aulnay-Pradelle … On suit donc ces trois personnages dans un paysage d’après-guerre où les chances sont complètement redistribuées …

Il serait dommage d’en dire plus tant l’intrigue mise en place par Pierre Lemaitre est riche en rebondissements et en surprises. Le récit, découpé en trois parties, se déroule sur une période relativement courte, qui débute en novembre 1918 et s’achève en mars 1920, durant laquelle on découvre le visage de la France d’après-guerre avec, d’un côté, ceux qui se sont enrichis grâce aux combats et ont tiré profit du conflit et ceux qui, au contraire, se retrouvent sans rien, livrés à eux-mêmes, attendant une pension qui n’arrive pas… Le narrateur fait entendre sa voix, n’hésitant pas à prendre le lecteur à parti et rendant le récit si vivant qu’il devient difficile à lâcher ! Je me suis complètement laissé prendre par cette fresque romanesque sur fond de vengeance, de trahisons, de malversations organisées à l’échelle nationale. Une lecture passionnante et addictive, habilement orchestrée, où l’on se demande sans cesse quand s’arrête la fiction pour laisser place à la réalité… Avec « Au revoir là-haut », j’ai trouvé mon premier coup de cœur de cette rentrée littéraire !

Share Our Posts

Share this post through social bookmarks.

  • Delicious
  • Digg
  • Newsvine
  • RSS
  • StumbleUpon
  • Technorati

Comments

Tell us what do you think.

There are no comments on this entry.

Trackbacks

Websites mentioned my entry.

There are no trackbacks on this entry

Recent Comments

    Twitter Status

      • No tweets yet.

    Blogroll